éducation populaire

De quoi parle-t-on ?
mardi 21 juillet 2015
par  Paul MASSON
popularité : 11%

« Tu nais au siècle des lumières et de la Révolution Française. Tes proches compagnons d’alors se nomment citoyen et liberté. Tu te construis et grandis avec l’avènement de la classe ouvrière. Tu fais partie de « La sociale ». Tes amis d’alors se nomment émancipation, lutte, prise de conscience, esprit critique, responsabilité. En vieillissant tu perds un peu la mémoire, te conformises, et privilégies les rapports avec animation sociale puis lien social.
Te réapproprier le pouvoir de choisir ta vie dans tout ce qui la conditionne est ta raison d’être. Mais parfois, tu te laisses distraire et suis la main du premier venu qui te donne un bonbon. Ton nom alors est dévoyé. Mais on peut toujours te reconnaître à tes œuvres. Ceux qui te fréquentent se dépassent, s’émancipent. À ton contact, l’espoir naît, et le monde change. »

voir : les mots vivants de la vie associative

L’éducation populaire ne peut se définir ni par un statut, ni par une rente de situation liée à un agrément délivré par le ministère de la Jeunesse et des Sports.

Personnellement, je dirais :

L’éducation populaire est une démarche pour apprendre à apprendre, associant réflexion et action. C’est un processus de conscientisation émancipateur. Il responsabilise et conduit à l’action collective de transformation sociale.

Pour Bernard Kervella, membre du conseil scientifique d’ATTAC
« Il n’y a pas de définition unique de l’éducation populaire mais une pluralité de définitions . Les acteurs s’accordent à penser que l’éducation populaire consiste à permettre à tous d’acquérir des connaissances pour comprendre le monde, s’y situer, participer à la vie du pays, être un citoyen actif, transformer ce monde. On retrouve dans cette définition la notion d’instruction pour tous, de liens avec la République et la citoyenneté ainsi que la question de la transformation sociale et politique ."

Pour Adeline de Lépinay qui introduit le dossier sur l’éducation populaire dans « Alternative Libertaire » de l’été 2015 :

"La conception libertaire du progrès social repose sur l’émancipation individuelle et collective des individus. Elle n’a rien à voir avec l’avant-gardisme ou une vision autoritaire.
C’est pourquoi les questions éducatives sont centrales pour les libertaires, bien au-delà du strict système scolaire : tout au long de la vie, les individus sont appelés à former leur conscience politique et à s’émanciper des mécanismes de domination. C’est précisément cela, l’objectif de l’éducation populaire, dont les pratiques sont inscrites dans l’ADN du mouvement libertaire.
L’éducation populaire n’existe pas «  en soi  ». C’est un processus qui peut se retrouver dans des lieux très divers – et au contraire être absent de lieux qui, pourtant, s’en réclament.
Cette démarche, telle que nous la concevons, est forcément politique : elle consiste à
- décrypter les rapports de domination,
- à prendre conscience de la place que l’on occupe dans la société,
- à apprendre à se constituer collectivement en contre-pouvoir,
- à expérimenter sa capacité à agir.
Ce qui est visé, ce n’est pas seulement le développement ou l’épa­nouissement personnels  : c’est bien l’émancipation individuelle et collective, et la transformation de la société."

Retrouvez
- l’ensemble du dossier sur l’éducation populaire dans « Alternative Libertaire » de l’été 2015 :
- le site d’Adeline de Lépinay

voir la rubrique
- éducation populaire
- dont histoire de l’éducation populaire


Documents joints

PDF - 60.9 ko

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301