A la manière de Boris Vian

dimanche 16 août 2009
par  Dominique Lauber
popularité : 7%

Je veux bien mourir en haut de l’Annapurna.

Je veux bien mourir dans un champ de coquelicots, un livre à la main.
Je voudrais pas crever sur un champ de bataille.

Je veux bien mourir au bord de l’eau, les yeux noyés de larmes d’amour.
Je voudrais pas crever en me noyant dans des eaux troubles.

Je veux bien mourir en serrant fort ta main, en pensant fort à vous, en _ _ _ oubliant tout ce qui aurait pu être demain.
Je voudrais pas crever seule dans un coin.

Je veux bien mourir quand mes silences seront limpides et sereins.
Je voudrais pas crever sans achever ma phrase. Sans pouvoir dire le dernier mot.

Je veux bien mourir quand j’aurai tout compris des mystères de la vie, de celle que j’ai vécue, de celle que j’ai donnée, de celles que j’ai partagées et de celles enfin que je n’ai pas su vivre.

Je voudrais pas crever en attendant la mort comme une délivrance.

Je voudrais pas vivre sans pleurer de temps en temps, sans rire abondamment, sans chanter éperduement, sans parler tranquillement, sans sourire ingénuement.

Je voudrais pas vivre sans moi, sans me donner toute entière au plaisir d’exister, ne serait-ce qu’à la dernière seconde.

Je veux bien mourir mais je veux bien vivre aussi avant sans penser à la mort.

Colette


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345