illustration de propositions d’écriture 2009

vendredi 22 mai 2009
par  Christian LEJOSNE
popularité : 40%

Célébration :
Faire l’éloge d’un objet, d’un élément de la nature, insignifiant, petit, dérisoire, élémentaire.

Elle est blanche ou colorée. Unie ou à rayures. Lisse ou chiffonnée. Fine comme un jour sans pain. Ou bien épaisse et grasse. Large, longue ou petite comme un confetti. Qu’importe sa forme : rectangle, carrée, mal découpée. Elle sert à tous les usages : emballer, allumer, coincer, cacher, montrer, essuyer, isoler, décorer, compter, calculer, le plus souvent écrire. On peut s’y prendre de trente six façons. Artisanale avec un gros crayon de charpentier. Stylée avec un stylo dont la marque, visible sur la plume, en dit plus long que ce qu’elle écrit. Comptable en longues lignes alignées de deux chiffres après la virgule et un trait tout en bas annonçant l’addition. Pratique, ces suites de mots empilés : ce qu’il va falloir faire, ce qu’il faut retenir, ce qu’il faut acheter, emporter, rapporter, regrouper, collecter. Mélodieuse avec ses portées qui vous emportent au delà de leurs lignes ; rien qu’à les regarder vos oreilles s’agitent. Postale, elle vous parvient pliée en quatre et ça n’est pas pour de rire. Elle vit par procuration, racontant au lecteur un ailleurs qui s’écoule sans lui et parle d’un temps disparu pour celui qui l’écrit, pour celui qui la lit. Culinaire, elle fait revivre les soirées arrosées et met les papilles instantanément en action. Lumineuse lorsque pente et perforée, l’enfant l’emmitoufle d’une petite ampoule qui éclaire Noël d’une touche magique. Géométrique les jours pluvieux, pour les parties de bataille navale et les jeux de morpions. Quand elle a fait l’usage, qu’on l’a bien fatiguée, qu’elle est ratatinée, on la jette au panier ou dans la cheminée. Petite feuille de papier, qui s’en va en fumée.

Nature :
Ecrire un texte à partir des mots que chacun des participants a nommer qui évoquent la nature.
Les dix mots étaient : ferveur, lumière, bouton d’or, foisonnement, colline, bruissements, orchidée, horizon, mousse, frémissement.

La ferveur du jour, titre d’un livre de Gérard BESSIERE, que m’a envoyé un ami retrouvé depuis peu. La préface est de Charles JULIET. C’est un texte en demi-teintes, ombres et lumières réunies. Grande délicatesse et force de vie. Un texte à cueillir et poser sur son cœur que l’on sent chavirer. Bouton d’or colorant nos vies. Suite d’instants anodins qui, sous sa plume, prennent un nouvel éclat. Fulgurances. Foisonnement d’émotions. Tensions et relâchements. Petits ruisseaux et grandes rivières. Lacs. Forêts. Vallons et collines. Silences et rumeurs. Bruissements et clameurs. Toute vie chez lui s’ancre dans la nature. Qu’il parle de son village, des rues vibrionnantes de Paris ou qu’il décrive un voyage en TGV bondé. La tendresse de son regard sait d’instinct percevoir là où la vie renaît. Fleur de l’orchidée sur un tas de fumier. Tige frêle d’herbe verte sur le béton armé. Il voit loin. Aide nos yeux fatigués à regarder l’horizon sans ciller. Il voit près. Regard tendre comme la mousse. Geste simple. Parole lentement mûrie. Mot précis. Moindre frémissement de vie. La ferveur du jour est composé d’extraits du journal que Gérard BESSIERE tient depuis plus de trente ans – il est né en 1928 dans le Lot. Un livre intemporel.

Les mots cadeaux :
Chacun offre en cadeau un mot aux autres participants de l’atelier.
Faire un texte à partir des mots recueillis. Les cinq mots étaient : aventure, sourire, respirer, subtil et raffiné, Plat Pays.

Depuis quand s’étaient-ils lancés dans l’aventure ? Ils avaient chevauché pendant des jours et leurs bêtes étaient fourbues. Qui aurait pu les reconnaître, depuis qu’ils avaient quitté l’Espagne, avec ce mélange de poussière et de sueur qui recouvrait leurs visages, tel un masque cachant leur sourire ? Parvenus au sommet d’une colline, ils s’arrêtèrent un instant. Le plus grand des deux respira profondément un air subtil et raffiné qui montait de la plaine et qui lui fit venir des larmes aux yeux. Il murmura à l’homme, petit et gros, qui l’accompagnait : « Regarde bien, petit, nous sommes arrivés. Ici, les moulins s’appellent beffrois ; ils sont bien plus redoutables que ceux d’Espagne. » Et tout en lançant son cheval vers la plaine, Don Quichotte s’écria « Prends garde, le Plat Pays ! »

Christian LEJOSNE


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123