Une absence de choix discutable

projet d’extension de la ZI Est de la Communauté Urbaine d’Arras
dimanche 15 novembre 2020
par  Paul MASSON
popularité : 22%

La Communauté Urbaine d’Arras prévoit un projet d’extension de la Zone Industrielle Est.
Elle est dans sa phase de "concertation publique".
Voici la contribution que je viens de faire.

Je la mets en ligne, car, bien au delà d’Arras, elle interroge notre approche de l’économie et de la démocratie.

J’ajoute celle d’Hervé qui complète la mienne

 Je viens de prendre connaissance du dossier Extension de la ZI Est. Elle prévoit, entre autre, la destruction de 48 hectares de terres agricoles. Le choix de base de ce projet est pour moi une erreur.

Au moment où le réchauffement climatique est le problème premier que l’humanité doit résoudre, au moment où s’impose à cette humanité le besoin de revoir les bases de ses productions, de son économie, et où se fait un besoin urgent de rapprocher la production agricole des zones urbanisées, c’est une erreur de faire disparaître quarante-huit hectares des riches terres agricoles arrageoises.
- Que signifie un projet qui propose d’aménager pour offrir à Oldham (détecteur de gaz) du terrain sain pour faire de la recherche sur de l’énergie fossile, alors qu’il faut arrêter de consommer ce type d’énergie pour éviter le réchauffement climatique ?
- Que signifie d’aménager au frais des contribuables, ces terrains agricoles riches pour les mettre à disposition de multinationales comme Oldham entreprise multinationale anglaise, Enersys entreprise multinationale américaine…

Au moment où Bridgestone, multinationale japonaise décide de licencier 863 salariés à Béthune, que signifie un projet qui consiste à confier « l’avenir économique du territoire » à des entreprises qui, lorsqu’elles considéreront qu’elles ont engrangé le maximum de profit qu’elles espéraient, quitteront ce territoire, sur décision d’un conseil d’administration dont les membres ne sont jamais venus dans notre région, voire ignore où se situe Arras sur la carte du Monde ?
Les élus locaux et nationaux, qui auront fait le lit des multinationales et les auront nourri, pleureront alors avec les chômeurs qui resteront sur le carreau, en disant qu’ils ne peuvent rien faire, comme c’est le cas à Béthune avec Bridgeston…

Ne peut-on pas envisager un projet alternatif

- qui valorise notre patrimoine de terres agricoles, lui permette de préparer l’avenir nourricier de la Région. Nous sommes dans une des régions de France les plus peuplées.

- qui produirait des emplois locaux pour une consommation locale de nourriture saine.

- qui laisse aux populations locales et à leurs élus le pouvoir de décider de leur avenir ? De garder le pouvoir sur le présent et les emplois futurs, sans les brader aux intérêts de capitaux étrangers ?

Y a-t-il eu une étude sérieuse sur un autre projet d’avenir, plus conforme à mes souhaits ? Peut-on offrir aux citoyens et à leurs élus au moins le choix entre deux alternatives différentes ? 

Paul Masson
Le 15 novembre 2020


Documents joints

PDF - 29.7 ko

Agenda

<<

2020

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois