Zola, Philippe, Van der Meersch, trois regards différents sur la classe ouvrière

chroniques de lecture
vendredi 19 avril 2013
par  Paul MASSON
popularité : 11%

Ces dernières années, j’ai lu ou relu
-  Germinal , le célèbre roman d’ Émile Zola  [1] dans lequel il décrit les conditions de vie des mineurs sous le second empire.
-  Michel Rondet d’André Philippe [2] qui traite du même sujet. Il l’aborde à travers la vie de Michel Rondet, syndicaliste, né en 1841, un des fondateurs de la Fraternelle [3] , présent en 1869 à « la fusillade du Brûlé » [4]
-  Quand les sirènes se taisent de Maxence Van Der Meersch [5] Un autre roman qui rend compte de la vie ouvrière un demi-siècle plus tard, à Roubaix, la grande ville textile du Nord.

Les trois auteurs ont structuré leur œuvre autour d’un même évènement : une grève. Tous les trois sont sensibles à la vie misérable de la classe ouvrière. Pourtant leur relation à cette classe diffère profondément.

Émile Zola, écrivain venu du journalisme, peint la société française de la deuxième moitié du 19ème siècle. Si l’auteur de Germinal laisse transparaître son désir de plus de justice sociale, son souci principal vise à rendre à travers des tableaux poignants la réalité de l’époque. Bien documenté, il regarde les mineurs en artiste.

André Philippe, écrit Michel Rondet en 1949. L’auteur, né en 1906, a vécu son enfance à la Ricamarie, la patrie de Rondet. Ouvrier forgeur avant de devenir journaliste, il a exercé son métier dans la vallée de l’Ondaine, là où se situe l’histoire du roman. Il connaît les lieux du drame. Ses sources, il les tient de témoignages oraux et écrits. Militant syndicaliste, il raconte les débuts de l’organisation des ouvriers à la jeune génération d’après guerre. Baigné depuis sa naissance dans la culture ouvrière locale, André Philippe parle des siens. Cette approche de l’intérieur, donne un profondeur aux personnages qu’on ne trouve pas dans la fresque captivante de Zola.

Maxence Van Der Meersch, comme Zola peint la vie. Comme André Philippe il raconte son pays, mais, né dans la petite bourgeoisie de Roubaix, il est fasciné par le peuple qu’il découvre à travers Thérèse, une jeune ouvrière pauvre qui deviendra sa femme. Dans Quand les sirènes se taisent il rend compte de la vie ouvrière à travers le prisme de son amour et d’un certain catholicisme social doloriste.
Voir Maxence Van Der Meersch, un auteur à redécouvrir

.

Retrouver la rubrique : Lectures-plaisir... lectures-nourriture


[1Germinal d’Émile Zola éd. Maxi Poche

[2Michel Rondet d’André Philippe Le Hénaff éditeur

[3La Fraternelle : société de prévoyance des ouvriers mineurs

[4La troupe tire sur la population ouvrière. provoquant quatorze morts, dont un bébé de seize mois, et de nombreux blessés graves. Zola s’est inspiré de cet événement dans Germinal.

[5Quand les sirènes se taisent de Maxence Van Der Meersch Omnibus


Documents joints

OpenDocument Text - 62.9 ko
PDF - 64.5 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456