jeu économique :

histoire et objectifs
dimanche 22 mars 2009
par  Christian NOUAUX
popularité : 25%

Comment cela a-t-il commencé ?

J’ai commencé à animer la formation économique des élus de Comité d’Entreprise (CE), issue des lois Auroux, il y a une vingtaine d’années à la demande de l’UPSM (Métallurgie CFDT région parisienne), puis avec d’autres organisations. La loi prévoyait une stricte formation sur l’économie d’entreprise , apportant aux élus CE les outils pour donner leur avis dans leur mission d’information et de consultation économique au sein de leur entreprise. Il s’agissait donc pour eux de savoir lire un compte de résultats et un bilan comptable, éventuellement de l’analyser et de poser les bonnes questions à la direction.
Il ne s’agissait en aucun cas de parler d’économie générale (de macroéconomie).

A l’époque j’utilisais déjà un jeu sommaire sur l’économie d’entreprise (microéconomie), mais je semais ici et là des notions d’économie générale. J’étais déjà persuadé que comprendre le fonctionnement économique de son entreprise sans connaître les tendances lourdes de la macroéconomie (en gros comment fonctionnaient les systèmes libéraux et capitalistes) rendait aveugle et manchot.
Mais j’étais aussi persuadé de l’inverse : connaître l’économie générale d’un point de vue historique et théorique, sans connaître le rôle essentiel des agents microéconomiques (entreprises, ménages-consommateurs, institutions financières, administrations) dans l’élaboration de l’économie générale, rendait aussi aveugle et manchot.

Cinq ans plus tard le secrétaire général d’alors de l’UPSM m’a demandé d’actualiser le jeu que j’utilisais.

C’était relativement simple, car j’avais deux objectifs clairs  :
- faire apparaître le lien étroit entre la microéconomie et la macroéconomie (chacun d’entre nous participe par ses choix microéconomiques à la macroéconomie, et la macroéconomie n’est pas une construction divine)
- inventer un jeu qui rend évident l’impact du micro sur le macro, et où d’autre part les stagiaires soient acteurs de bout en bout. Ils prennent des décisions stratégiques qu’ils estiment conformes à leurs intérêts et constatent à posteriori les conséquences de leurs décisions sur la macroéconomie.

Par ailleurs je voulais absolument rendre les stagiaires acteurs pour des raisons pédagogiques : j’avais moi-même subi dans ma jeunesse de nombreux cours professoraux d’économie générale, je savais comme la lassitude venait vite et comme la majorité du savoir enseigné se perdait dans cette lassitude.

La création de ce jeu et de ses règles a été assez complexe. Mais je le pratique depuis 15 ans , principalement pour des publics réfractaires à l’économie et aux chiffres (par exemple les métallurgistes). J’étais peu confiant au départ. Les résultats m’ont agréablement surpris.

Comment on joue ?

Les stagiaires se répartissent en trois sous-groupes pendant 5 jours.
Ces trois sous-groupes seront trois entreprises dont les stagiaires seront les dirigeants. Elles seront en situation concurrentielle sur une île, un espace à priori clos, où elles vont salarier une population qui auparavant vivait en autarcie.
Pendant trois ou quatre phases ces entreprises élaboreront leur stratégie, comme elles le souhaitent (elles sont au départ dans un système purement libéral où n’existe pas d’Etat ou de système de régulation et où la loi du marché - l’ajustement de l’offre et de la demande - prévaut).
Elles vont donc créer sur l’île des événements macroéconomiques dont elles sont seules responsables, individuellement et collectivement. Aucun autre événement exceptionnel ou magique ne vient perturber la loi du marché.
A partir de leurs choix et de leurs actions, ces trois entreprises refont généralement l’histoire de l’économie depuis 200 ans. Elles recréent les crises, trouvent des solutions provisoires, refont des crises…jusqu’à arriver à la mondialisation ultime, ses conséquences, et la crise actuelle.
Elles peuvent aussi tenter des solutions alternatives.

C’est donc à partir des réalités du jeu (les choix des stagiaires) que je discute avec les stagiaires des pensées économiques, de leur évolution jusqu’à aujourd’hui, et de l’histoire économique réelle.

Il faut bien sûr de temps en temps faire des calculs, comme tout dirigeant d’entreprise. Cela me paraît pédagogiquement nécessaire pour comprendre où tout se joue. Mais ce sont des calculs simples. Par expérience je sais que dans chaque sous-groupe, il y a généralement un stagiaire, ou plus, qui ne déteste pas. Et je suis là pour vous aider. _ De touts façons les calculs ne sont pas l’essentiel de ce que vous aurez à faire. Et je n’ai pas pour objectif de vous apprendre la comptabilité. Ou à la rigueur de vous faire comprendre que de plus en plus ce sont par des calculs économiques arbitraires, auxquels nous ne comprenons pas grand chose que nous nous faisons avoir, démocratiquement et socialement.

Je crois beaucoup à mon histoire. Au plaisir de réfléchir avec vous. A vous de jouer.

Christian NOUAUX, janvier 2009


Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456