Elle est où la notice ?

mercredi 18 mars 2009
par  Christian LEJOSNE
popularité : 7%

En feuilletant un journal d’annonces immobilières, je tombe sur la double page d’une agence plutôt chic – ça se voit rien qu’à la façon de disposer les photos, bien plus grandes et plus espacées que celles des autres pages. Une photo en couleur attire mon attention : elle est encore plus grande que les autres, elle représente une brouette rustique garnie d’un joli pot de fleurs sur fond de massifs de cactus géants et de galets blancs. Au dessous, le prix écrit en gras : 890.000 €.

Vous ne trouvez pas ça exagéré 890.000 € pour une brouette garnie ? Même si en prime vous est offert une « Belle villa de 220 m² hab. séjour 60 m², grande cuisine équipée donnant sur terrasse, 4 chambres avec salle de bain ou salle d’eau, bureau, climatisation réversible, piscine chauffée, sur 2.000 m² de terrain paysager. Grand garage pour 3 voitures. Au calme, dans une impasse. » Légitimement, vous vous direz qu’il y a anguille sous galets blancs, vue que la belle villa, justement, on ne vous la montre pas…

Il y a peu, j’entends à la radio une interview de Philippe LIORET très remonté. Le réalisateur du film Welcome qui sort actuellement sur les écrans était allé en faire la promotion à Orléans, en compagnie de Vincent LINDON. Que constatent-ils lors de la projection ? Le film est projeté en 25 images par seconde au lieu de 24 ; les acteurs y ont l’air ridicule : ils parlent avec une toute petite voix. Cette pratique du multiplex permet de raccourcir de cinq à six minutes la durée du film. Offrant ainsi des entractes un peu plus longues afin d’optimiser la vente de pop corn et autres confiseries. Etonnant, non ? Surveillez bien vos montres, des fois que l’horloge de votre ordinateur, au travail, soit ralentie par votre employeur, histoire de vous faire travailler chaque jour quelques minutes de plus ! Sans sombrer dans la paranoïa, ne trouvez-vous pas que les week-ends filent bien vite comparés aux jours travaillés ?

Dernièrement, deux personnes ont proposé à ma femme de participer à une chaîne, vous savez ce système vieux comme le monde – les chinois l’utilisaient déjà il y a des milliers d’années en se refilant des sacs de riz. C’est un truc imparable : les personnes qui entrent dans la chaîne donnent un objet (ça existe aussi avec de l’argent) à une personne au sommet d’un système pyramidal, qui de ce fait reçoit trente six livres, ou soixante douze petites culottes ou une mirobolante somme d’argent. Puis cette personne laisse la place à celle qui la suit dans la chaîne, qui à son tour… Le système fonctionne à condition que de nouvelles personnes l’intègrent continuellement. Là, le troc du truc, c’était des livres. « Je n’ai pas le temps de lire les livres que j’ai choisis, pourquoi me compliquerai-je la vie à trouver des gens qui entreraient dans cette chaîne et à charger mes étagères de livres que je ne lirai pas » a sagement décidé ma femme. Là où ça devient cocasse, c’est qu’indépendamment de cette chaîne, j’ai reçu récemment quatre livres, envoyés par différents amis – je profite de l’occasion pour les en remercier. Ces livres sont tous des biographies ou des autobiographies. Y aurait-il un complot ? Quelqu’un tapi dans l’ombre, souhaiterait-il orienter mes lectures ? Et par voie de conséquence infléchir le contenu de mes écrits ? Si c’est le cas, c’est raté ! J’avais décidé, avant de recevoir ces livres, de tenter de reconstituer la vie de mon grand père, né en 1896 de père inconnu. Comme il était peu bavard, j’ai pas mal de trous à boucher… Tant pis pour moi ! Ou tant mieux, c’est selon. Pour ce faire, le week-end dernier, je suis allé interviewer ma maman – bientôt quatre vingt sept ans au compteur et presque toutes ses dents – qui en sait plus long que moi sur le sujet. Une fois rentré chez moi, j’essaie de reconstituer l’arbre généalogique familial. En vain. A passé cinquante ans, j’en suis encore à me demander qui sont les frères et sœurs de ma grand mère. On côtoie des gens, une partie non négligeable de sa vie, sans avoir le mode d’emploi et ça marche tout de même. Un peu comme les gamins d’aujourd’hui qui utilisent instantanément tout nouvel appareil électronique sans même jeter un œil sur la notice. Ils parviennent, sans difficulté, à faire fonctionner un téléphone mobile, un jeu vidéo sur un ordinateur portable, un baladeur ou tout autre appareil multimédia du même métal, sans se poser de questions. Peut-être est-ce moi qui m’en pose trop, des questions ? Savoir s’il faut un baladeur pour aller se balader ? Un portable pour tout supporter ? Un mobile pour son automobile ? Une Rolex pour rouler en solex ? Et puis ces deux là aussi : pourquoi les sédentaires sont-ils devenus si nomades ? Et à l’inverse, pourquoi immobiliser des nomades ? Mais là, ça rejoint celles que posent Philippe LIORET dans Welcome…

Christian LEJOSNE


Documents joints

Elle est où la notice ?

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112