lui

samedi 21 février 2009
par  Bénédicte DUPUIS
popularité : 16%

J’ai admiré sa vie en lutte avec sa mort.
Il est parti un jour sa valise à la main pour une traversée inconnue de nous tous.
Il avait dans les yeux un sourire léger et une lumière douce qui brillait.
Il n’a pas répondu à nos questions murmurées.
J’imaginais alors la furie des tempêtes qu’il allait traverser, sa marche contre le vent tout au bout des déserts, la violence inouïe du froid qui tenaille et mon imaginaire me laissait sur le bord, spectateur silencieux, incrédule.
Dans ses cheveux soufflait une brise malicieuse qui mettait un peu de folie dans ce départ imprévu.
Une musique ivre semblait venir de l’horizon et s’élever des flots crevés et bossués. Il flottait dans l’air un grand nuage immatériel.
Il s’est retourné une fois encore et je l’ai aimé, j’ai aimé sa folie, son silence et ses yeux grands ouverts.
J’ai aimé sa curiosité, son extase, cette muette coexistence de la vie et de la mort dans ces paroles qu’il ne disait pas. J’ai aimé tout cela à la fois.
Et il m’est resté cette stupeur de le voir s’éloigner sans moi, sans nous et j’ai eu envie de le suivre car si j’étais ici, je pouvais être ailleurs aussi, d’un autre côté de la vie.

Bénédicte


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234