la crise et le projet politique de Culture et Liberté

mercredi 11 février 2009
par  Paul MASSON
popularité : 18%

invitation à la réflexion - action
proposée en novembre 2008

Les maîtres à penser qui depuis 30 ans nous affirmaient que les marchés se régulaient seuls, les même qui, hier encore, faisaient campagne pour une « libre circulation des capitaux », en appel aujourd’hui aux Etats pour réguler les marchés financiers. Hier, ils faisaient de l’Etat l’ennemi de la libre entreprise, aujourd’hui, ils l’appellent au secours pour sauver les banques. L’idéologie de la régulation par le marché s’effondre. Les dogmes néo-libéraux s’écroulent. La crise dans laquelle nous venons d’entrer, termine un cycle du capitalisme. Une nouvelle organisation est à inventer. Nous sommes dans la crise telle que la définit Gramsci : quand « le vieux est trop vieux et le neuf est trop neuf » Pour autant, le capitalisme n’est pas mort. Les classes privilégiées ne sont pas disposées à renoncer à leurs privilèges. « La société dans laquelle les droits sociaux, culturels, économiques, écologiques et politiques des femmes et des hommes seront aux cœur des priorités » [1], ne se fera pas sans nous et l’ensemble des forces qui aspirent à ce projet de société. La sortie de la crise sera le fruit des forces du présent qui sauront se mobiliser.

L’idéogramme chinois pour le mot crise allie l’idéogramme signifiant "danger" et celui qui signifie "opportunité".

Pour un mouvement d’éducation populaire, une crise est une opportunité. Elle provoque des déstabilisations, des craintes, des questionnements, elle oblige également à trouver des alternatives. La crise ouvre une période propice pour rassembler les personnes qui s’interrogent, faciliter leur expression, engager des réflexions collectives. Elle permet de proposer des démarches pour s’approprier des clés de compréhension, favoriser l’analyse critique, faciliter les prises de consciences. La démarche d’accompagnement des groupes ainsi constitués, permet de faire naître des alternatives. Autrement dit : la crise est une opportunité pour mettre en œuvre les orientations du Projet Politique que nous avons voté.

Dans ce nouveau contexte, où l’enjeu porte sur le projet de société de demain, Culture et Liberté, « mouvement d’Education Populaire entendant œuvrer à une réelle transformation sociale et sociétale » [1] ne peut rester inactif.

Le Projet Politique voté par Culture et Liberté, en juin dernier, laisse penser que la volonté politique du changement existe. Par contre, pris dans les nobles tâches qui remplissent nos agendas, le train du changement risque de passer sans nous si nous ne nous organisons pas. Et la sortie de crise n’ira pas dans les sens que nous souhaitons.

Sur ce sujet de « la crise », je suis d’accord pour cordonner les initiatives prises dans le mouvement, animer la réflexion sur les effets produits, mettre en réseau les moyens mobilisés en interne et avec des partenaires .

Paul MASSON

[1] citation du Projet politique de Culture et Liberté voté en juin 2008


Navigation

Articles de la rubrique

  • formations
  • la crise et le projet politique de Culture et Liberté

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456