Les aventures des Protège-nature

4ème épisode
mardi 10 juin 2008
par  Nicole DUPUIS
popularité : 20%

Le printemps, la saison préférée des protège-nature, arriva enfin, et ce fut un peu la fête parmi les animaux des bois et des champs.
« Partons à la découverte de tout ce petit monde qui s’ébat entre les herbes et les arbustes tout reverdis ! » se dirent un mercredi Arthur, Lucie et Maria « Qui sait ? Peut-être que le renard pointera son museau, au détour d’un chemin ?"
Et voilà, une fois de plus, la petite troupe en route vers l’aventure.
Ils n’avaient pas fait trois pas qu’Arthur, le chef de la bande, alerta ses compagnons d’un cri :
« Regardez ! deux morts ! Un mulot et un campagnol ! »
« Ils sont morts les yeux ouverts ! »
constata Lucie
Un silence un peu triste s’étendit pendant la contemplation de ces deux cadavres…..Chacun pensait sans doute au mystère de la mort, à la dureté de l’hiver, à la cruauté de la nature qui pousse les plus gros animaux à se nourrir des plus petits…
Mais voilà qu’un envol tout joyeux de perdrix sortit soudain les trois compères de leurs sombres pensées.
Et on aurait pu croire tout à coup que tous les animaux s’étaient donné le mot pour emmener les protège-nature dans une grande fête de la vie.
__ Deux lièvres et deux lapins de garenne, jouant au loup comme des fous, détalèrent dans le champ que longeaient les amis.
Un bourdon énervé faisait la ronde autour des cheveux de Lucie.
« Il ne te piquera pas ! » la rassura Maria, voyant son inquiétude.
Un faisan profita d’un moment de silence pour lancer son cri qui voulait dire :
« Coucou, vous ne me voyez pas mais je suis là ! Je suis bien content de votre visite ! »
Un verdier lui répondit, mais les trois compagnons eurent à peine le temps de contempler son bel habit jaune et vert, qu’il s’était déjà envolé … sans doute bâtir son nid, dans une branche lointaine, tout près du ciel….
« Regardez ! un bébé punaise ! »
Eh oui, le printemps, c’est aussi la grande fête des bébés, et Arthur, à genoux dans les herbes sauvages, invita Lucie et Maria à contempler ce miracle de l’ infiniment petit : le minuscule insecte grimpant avec courage une brindille de paille, ou, sans doute, l’avait laissé pour la première fois sa maman…
Décidément, que de merveilles à découvrir dans la nature !!!!

Et voilà que, de trouvailles en découvertes, les trois aventuriers se retrouvèrent dans une étrange étendue plantée d’arbres, le long d’une superbe allée d’herbe tendre, qui donnait envie d’y courir sans fin…
Lucie ne pouvait qu’y marcher lentement, pour ne pas réveiller le bel escargot qui faisait la sieste, au creux de sa main. Elle attendait avec impatience qu’il se réveille. Mais respecter la nature, c’est aussi respecter les heures de sommeil des escargots !!
« Un observatoire ! J’y monte ! » Arthur avait à peine prononcé ces mots déchirant le silence, qu’il était déjà arrivé au deuxième étage.
« Le paysage est magnifique, d’ici ! On voit les prairies, les arbres, le village…..montez !! »
Lucie, dont l’ami escargot finissait sa sieste dans la poche de Maria, grimpa jusqu’au septième barreau de l’échelle, puis, saisie d’un petit vertige, regagna la terre ferme.
« Maria, viens voir, il y a plein de pelotes de réjection ! »
« Qu’est-ce que c’est que ça, Arthur, des pelotes de réjection ? »

« Voilà, il y a sûrement des chouettes qui viennent passer leurs nuits ici. Après s’être nourries de souris, elles rejettent en petites boules leurs poils et leurs os » expliqua Arthur.
Maria n’avait jamais vu ça ! Elle finissait juste d’observer toutes ces merveilleuses boulettes au sommet de l’observatoire, quand ses deux autres compères, poursuivant leur chemin, attirèrent on attention :
« Regarde, un corbeau mort, enfermé dans un piège ! »
Et oui, la nature ne cache pas que des merveilles ! La mort une fois encore vint assombrir le plaisir des « protège-nature » . Depuis quand gisait là cet oiseau raidi par la mort, au centre d’un piège en grillage ? Etait il mort de froid, de faim ? Qui avait voulu sa mort et pourquoi ?
"Vous n’aurez jamais la réponse ! » sembla répliquer un corbeau, en passant au sommet des arbres.
« C’est la fête du printemps ! Le réveil de la vie » lancèrent en écho, une alouette, puis une perdrix rouge.
C’est vrai, que ce jour là, dans la nature, la vie criait partout « victoire ! ».
Une grande famille d’enfants lapins, qui jouaient à cache-cache dans un bosquet, détalèrent, au bruit des pas des 3 compères redevenus joyeux. Ils fêtaient aussi le printemps, à leur manière.
« Maria, avant de rentrer chez nous, je veux te montrer quelque chose de très bizarre ! » C’est Arthur qui prononça ces mots d’un ton très mystérieux.
Devant leurs yeux : un énorme terrier, profondément creusé dans le sol… et à son entrée : des crottes inconnues !
"Mais quel est donc l’animal qui habite ici ? » se demandèrent les Protège-nature intrigués.
Le chemin du retour se fit dans le silence, avec cette question, qui tournait dans leur tête. Maria se souvint soudain d’une réflexion d’Arthur, tout à l’heure : « Ca sent le renard ! » était ce un farce du printemps, cette odeur ou un signe amical de ce renard futé ?

Nicole


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234